Ressources gratuites : des templates éditables d’appels à l’action – CTA

Ressources gratuites : des templates éditables d’appels à l’action – CTA

Vous recherchez des templates d’appels à l’action éditables sans compétence particulière ni logiciel professionnel. C’est par ici !

👇👇👇

Les « call to action » ou CTA sont des éléments importants de toute stratégie d’acquisition digitale. Ils vont vous permettent de convertir les visiteurs de votre site internet en prospect.

Vous trouverez ci-dessous 9 CTA facilement éditables dans Google Drawings gratuitement. Vous pourrez changer les textes, la couleur, les arrondis, ajouter des images…

Accéder à l’ensemble des CTA

Template d’appels à l’action

Template de boutons

Gabarits de pastilles

Instructions

Pour profiter de ces gabarits éditables, rien de plus simple :
Connectez-vous à votre compte Google, cliquez sur l’un des visuels puis créez une copie du template dans votre drive.

Pour les intégrer sur votre site internet, il suffit de télécharger (menu Fichier > Télécharger) le fichier dans le format souhaité et de le téléverser sur votre page internet.

Enjoy !

Lead magnet : pourquoi et comment l’utiliser ?

Lead magnet : pourquoi et comment l’utiliser ?

Retrouver dans cet article toutes les informations nécessaires à la création d’un lead magnet efficace. Au programme :

Qu’est-ce qu’un lead magnet ?

Le lead magnet, « aimant à prospect » ou « carotte » en français, est un cadeau que vous allez offrir à votre audience pour obtenir des informations de sa part.

Et oui, rien n’est gratuit…

Pour obtenir un effort de la part des internautes qui visitent votre site, qui lisent un article sur LinkedIn, vous allez devoir leur proposer quelque chose en échange. Ce quelque chose est directement lié à l’effort que vous demandez au suspect, à la personne qui visite votre site internet.

Le plus courant est la demande d’adresse email de l’internaute. Mais cela peut également être les coordonnées téléphoniques, l’adresse postale, l’entreprise, la profession, le nombre d’enfants…

En fonction de l’information personnelle à céder, plus ou moins riche et qualifiante, le lead magnet peut aller d’un simple accès à un article de blog privé à une période d’essai d’une solution SAAS en passant par une démonstration…

👊🏼 Vous l’avez compris, le lead magnet doit être à la hauteur des informations que vous allez demander à l’internaute.

Pourquoi utiliser un lead magnet ?

Le lead magnet est un véritable outil d’acquisition pour les entreprises, que ce soit en B to B ou en B to C. Grâce à lui, vous allez pouvoir transformer les personnes qui visitent votre site internet, des inconnus, en prospects. C’est une étape primordiale dans le parcours d’achat, le funnel, pour générer des leads et les qualifier.

Seulement 2% des visiteurs d’un site réalisent un achat à la première connexion, et cela même si le tunnel de conversion est optimisé.

Avec les nouveaux usages de l’internet, induits notamment par le développement des médias sociaux , les sociétés ont dû réinventer leur marketing. Nous sommes passés d’une stratégie push: outbound marketing, à une stratégie pull : inbound marketing.

La stratégie inbound marketing vise à intéresser et attirer le client vers la marque ; à l’inverse d’une stratégie d’outbound marketing qui vise à présenter, pousser le produit vers les consommateurs.

Dans ce nouvel écosystème digital, de la surinformation, il est nécessaire d’obtenir la confiance de ses prospects avant qu’ils ne deviennent clients. Pour cela il est primordial de pouvoir interagir avec eux , pour les qualifier, les nourrir (nurturing) pour les faire avancer dans le parcours d’achat.

Si vous leur demandez dès le début d’acheter votre produit, ils risquent de se méfier et de se détourner de votre offre. Il faut prendre le temps de discuter avec eux, de les comprendre et leur proposer le meilleur produit au meilleur moment.

Un internaute a de 7 à 10 contacts avec la marque avant de passer à l’action

Vous l’avez compris, pour pouvoir les recontacter il faut, a minima, récupérer leur adresse email. C’est ici que prend tout son sens le lead magnet.

Donnez-vous souvent votre adresse parce qu’on vous la demande ? Non… évidemment.

Pour obtenir leur adresse email, vous allez devoir leur fournir une carotte. Les inciter à vous la céder.

Quel type de contenu premium proposer à ma cible ?

Le choix du lead magnet est directement lié à la cible que vous souhaitez toucher et à votre proposition de valeurs. Il doit répondre à la question que votre buyer persona se pose, au problème qu’il rencontre.

En fonction de votre activité, le lead magnet peut prendre différentes formes :

  • Fichier à télécharger : ebook, étude cas, une checklist, infographie…
  • Accès à un contenu premium : vidéo, interview…
  • Invitation à un événement : webinaire, démonstration…
  • Inscription à une newsletter, note d’information…
  • Réduction : coupon, code…

Comment présenter un lead magnet ?

Vous pouvez réaliser un article sur votre blog qui traite du sujet de votre lead magnet.

Il est également possible de mettre en avant le lead magnet sur une ou des pages de votre site sous forme de fenêtre contextuelle, ou de fenêtre glissante. Ces fenêtres s’affichent en surimpression sur le contenu.

Si vous souhaitez optimiser les conversions, il sera certainement nécessaire de créer une landing page dédiée. Celle-ci sera construire de façon à focaliser au maximum l’attention de l’internaute sur sa finalité : inciter l’internaute à passer à l’action et remplir le formulaire.

Il est également possible de l’intégrer sous forme d’une pastille ou d’un bandeau sur une page de votre site internet. Par exemple sur le site Baloo Consulting, un lead magnet se trouve dans le contenu de la page de nos offres d’accompagnement en stratégie de croissance sous forme de bandeau qui se place au premier plan lors du scroll.

Lead magnet - baloo consulting

Comment améliorer l’engagement ?

Lors de l’écriture de votre article, ou la création de votre landing page, vous devez captiver les internautes pour les convaincre de passer à l’action. Pour cela, vous pouvez vous appuyer sur la méthode AIDA : Attention / Intérêt / Désir / Action

  • Attention : Capter l’attention des internautes pour qu’ils lisent l’article. Un titre accrocheur, un visuel coloré…
  • Intérêt : Susciter l’intérêt en aiguisant leur curiosité. Montrez que vous avez compris le problème qu’il rencontre.
  • Désir : Faites monter le désir d’en savoir plus en indiquant que vous avez LA solution, valoriser l’internaute pour créer de l’émotion, jouer sur le FOMO (Fear of Missing Out)
  • Action : Le passage à l’action, le moment clé où vous allez demander à votre prospect de remplir le formulaire pour qu’il accède à votre contenu. N’hésitez pas à tester différents types de CTA (Call to action) : Je télécharge la checklit, Obtenir la checklist, J’accède au contenu inédit…

⛔️ Ne soyez pas vague. Expliquez clairement ce que l’internaute va obtenir, pas de subterfuge : A U T H E N T I C I T E

Comment rediriger vers le contenu du lead magnet ?

Il existe 2 méthodes principales ; cela peut se faire manuellement ou automatiquement.

Manuellement : dès que vous recevrez une soumission sur un formulaire, vous envoyez le contenu par mail. Attention, cela peut vite devenir chronophage, surtout si vous avez proposé une carotte XXL.

Il est souvent préférable de l’automatiser.

Plusieurs scénarii sont alors envisageables.

  1. Une fois le formulaire rempli, le prospect est directement redirigé vers le contenu du lead magnet. Le risque de cette méthode est que les informations soient erronées puisqu’il n’y a pas de vérification. Dans ce cas, on peut se retrouver avec de nombreux leads inexploitables.
  2. Une fois le formulaire soumis, le contenu est envoyé par email. Cela permet d’éviter les mauvaises adresses. Si l’internaute est vraiment intéressé par le lead magnet, il laissera une adresse valide.

👊🏼 Astuces : Certains outils, comme le CRM Hubspot, permettent de n’accepter que les emails professionnels. Impossible de laisser un email en gmail.com, free.fr…

Comment créer un lead magnet efficace en 5 étapes

  1. Définissez précisément votre cible, votre buyer persona, à qui va s’adresser le lead magnet. → Quels futurs clients souhaitez-vous toucher ?
  2. Précisez l’objectif de ce lead magnet. → A quel problème, à quelle question celui-ci va-t-il répondre ? A quel moment du parcours d’achat concerne-t-il ma cible ?
  3. Choisissez le type de cadeau → Quel est le format le mieux adapté en fonction de la cible et l’implication que je demande ?
  4. Créer le contenu de celui-ci → Est-ce que mon lead magnet répond bien au pain point, au problème que rencontre ma cible ?
  5. Diffusez le lead magnet → Est-ce que ma cible est bien présente sur le canal que je vais activer ? Est-ce que l’article qui l’accompagne suit bien la méthode AIDA ?
  6. Propulsez votre lead magnet → Où puis-je relayer l’offre ? Sur mes réseaux, dans des campagnes payantes… ?

👊🏼 Protégez votre lead magnet. Il faut à tout prix que votre lead magnet NE soit PAS directement accessible. Pour cela, il faut éviter le référencement sur les moteurs de recherche du contenu de celui-ci. Il ne doit surtout pas être en accès libre.

Rappel :
Soyez précis. Segmentez au maximum votre cible et proposez un contenu créatif. Soignez votre message : un titre accrocheur, mais pas sur vendeur.

Ne perdez pas de vue que ses nouveaux leads doivent devenir vos futurs clients !

Avec un peu de créativité et de réflexion, il est possible de concevoir des lead magnets vraiment pertinents pour votre activité.

Vous souhaitez partager les vôtres ? Postez-les en commentaire.

BONUS à faire pâlir les growth hackers

👇 👇 👇

Vous souhaitez recevoir 10 exemples concrets de lead magnets B to B et B to C

Demandez vite votre copie et profitez de 2 bonus supplémentaires !

Période de crise ! Quelles actions de communication marketing mettre en place ?

Période de crise ! Quelles actions de communication marketing mettre en place ?

Lors d’un moment difficile, de crise (comme nous avons pu le vivre avec le Covid 19), Baloo Consulting reste opérationnel pour vous accompagner et poursuivre vos actions de communication marketing.

C’est une période pendant laquelle la communication auprès de vos clients va être essentielle. L’erreur serait de tout stopper.

Votre site internet devient le principal canal pour maintenir la relation avec vos clients, mais aussi vos prospects ; c’est une phase pendant laquelle vous pouvez refondre votre stratégie d’acquisition  pour préparer l’après !

Vous trouverez ici une liste d’outils pour favoriser le télétravail et le travail d’équipe malgré le confinement.

Ci-dessous, je dresse une liste des actions de communication marketing que vous pouvez mener pendant une période de crise. Je suis bien entendu disponible pour en discuter avec vous si vous le souhaitez : programmer un RV téléphonique.

Support client, marketing de fidélisation… Ne négliger pas la relation client en période de crise

  • Mise en place d’une lettre d’information envoyée par e-mail et postée sur votre site internet pour informer de la situation, de vos actions…
  • Activation d’un chat si nécessaire pour interagir avec votre audience
  • Publication d’une FAQ pour répondre aux questions récurrentes
  • Création d’une chaine dédiée sur Telegram, Whatsapp, Facebook… pour maintenir le lien et répondre aux questions de vos clients
  • Augmentation de la période d’essai de votre produit/service, remise…

Prospection, stratégie d’acquisition, croissance… Profitez de cette instabilité pour réinventer votre développement. Communiquez autrement !

  • Revoir votre site internet : le rendre plus performant en améliorant le parcours client et le tunnel de conversion
    • Tester les appels à l’action,
    • Améliorer le design,
    • Préparer des pages de test : A/B testing…
  • Créer du contenu pour intéresser vos prospects dans leurs différentes phases de recherche : TOFU (Top of tunnel) – MOFU (Middle of tunnel) – BOFU (Bottom of tunnel)
    • TOFU : Le prospect est au tout début de sa recherche. Il exprime un besoin mais ne sait pas encore comment le résoudre. Il faut expliquer en quoi vous pourriez l’aider.
      • Leviers : Newsletter, articles de blog…
    • MOFU : Le prospect a avancé dans sa réflexion et sélectionne une liste de solutions envisageables. Il faut alors lui prouver que vous êtes le plus à même de l’aider, le convaincre.
      • Leviers : Etude de cas, témoignage, webinaire…
    • BOFU : Le prospect est largement intéressé par votre proposition de valeur. Vous faites partie de sa Top List. Il va falloir le convertir en client.
      • Leviers : Période d’essai, RV avec un conseiller…
  • Mettre en place des actions de marketing automation pour amener à maturation les leads entrants (lead nurturing).
    • Leviers : Contenu personnalisé / intelligent, follow-up, vidéo, livre blanc…
  • Préparer des campagnes de reciblage (retargeting)
  • Mettre en place une stratégie de lead scoring
    • Attribuer ou enlever des points à vos prospects en fonction de leurs interactions (ouverture de mail, inscription à une newsletter…). Contacter les prospects avec les scores les plus élevés et continuer de faire grandir les autres.
  • Revoir ses réseaux d’acquisition et la façon de les travailler
    • Forum, after works…
  • Etudier l’impact de ses réseaux sociaux .
    • Revoir ses chartes éditoriales
    • Etudier les contenus les plus performants…

Vous voyez d’autres actions de communication marketing à activer en période de crise ? Partagez-les !

Besoin d’un coup de boost’ sur un sujet en particulier : Baloo Boost.

Construire une marque et créer une identité visuelle efficace

Construire une marque et créer une identité visuelle efficace

La construction d’une marque et la création de son identité visuelle sont des étapes importantes dans le développement d’une organisation. Elles permettent de présenter ses caractéristiques aux publics cibles, de donner du sens à son ADN.
Différents éléments rentrent en jeu pour construire une marque efficace : le nom, les couleurs, la typographie…

Un peu d’histoire sur l’origine de la marque

Les marques sont nées avec les premiers échanges commerciaux.

Il s’agissait, à l’origine, de signes plutôt élémentaires inscrits sur les produits pour permettre d’identifier facilement leur origine.

NB : Dans la plupart des langues, marque vient du verbe « marquer ». Et malgré le fait que l’on puisse penser l’inverse, le terme anglais brand vient bien du français, du vieux français, « brandon ». Brandon fait référence au fer porté au rouge pour marquer le bétail d’un signe particulier pour identifier l’éleveur.

Avec l’arrivée des marchés de masse et le développement du marketing, les marques se sont nettement développées. Nous sommes dans la première moitié du XXe siècle aux États-Unis, et à partir des années 1950 en France.

Lorsqu’une entreprise développe une politique marketing, le client doit pouvoir identifier l’objet de cette politique. C’est le premier rôle de la marque :
La marque assure la promotion du produit ou du service fourni par la société ainsi que l’image d’elle-même

Chaque année, près de 100 000 marques sont déposées à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle). Elles sont toutes candidates à une notoriété nationale, voire mondiale mais il y a peu d’élues.

Image de marque et branding

Si je vous dis Michel et Augustin, on a tout de suite l’image d’une entreprise plutôt familiale, proche de ces consommateurs un peu disruptive.
Si je vous parle de Volvo, on pense tout de suite à la sécurité. La robustesse de ses véhicules et le côté suédois. Pourtant, il s’agit depuis quelques années d’une marque chinoise…

C’est cela l’image de marque.

L’image de marque d’une entreprise résulte de la perception reçue, ressentie et enregistrée par le public d’une multitude d’éléments physiques et immatériels.

Attention, comme l’image de marque est « perçue », elle peut différer de l’image que l’entreprise a d’elle-même ou de l’image qu’elle s’efforce de diffuser !

Les effort réalisés pour mettre en cohérence l’image qu’elle veut donner et celle qui est ressentie se retrouvent sous la notion de « branding » : la stratégie d’image de marque.

L’impact de l’évolution des besoins dans celle de l’image de marque

Pyramide de Maslow

Avec les besoins primaires, il suffisait à la marque de garantir une bonne qualité de produit ou de service. Fournir une fonctionnalité spécifique était amplement suffisant. Rappelez vous des marques pour les lessives…

Avec le besoin de reconnaissance, les marques ne fournissent plus qu’un service. Elles sont devenues un signe d’appartenance puis un élément d’identité. Pensez aux marques comme Apple ou Lacoste… En possédez une vous fait appartenir à une certaine sphère, un certain groupe social.

A l’heure de l’accomplissement de soi, elles doivent désormais se montrer originales pour attirer leur audience. Les marques doivent maintenant prouver qu’elles ont leurs propres identités, leurs propres ambitions, leur propres engagements (sociétaux, environnementaux…).

Chacune des fonctions décrite dans la pyramide de Maslow doit être prise en compte pour construire une marque robuste.

Une marque est l’histoire unique que les consommateurs se rappellent lorsqu’ils pensent à elle.

Une bonne marque, c’est trouver la place qu’elle doit occuper dans l’esprit du consommateur.

L’histoire de la marque doit s’associer aux histoires personnelles des clients, à une personnalité particulière ! ex : GoPro, Axe…

Définition de la marque

Définition du Mercator

La marque est un nom et un ensemble de signes qui indiquent l’origine d’une offre, la différencient des concurrents, influencent la perception et le comportement des clients par un ensemble de représentations mentales, et créent ainsi de la valeur pour l’entreprise.

Définition de Jean-Noël Kepferer

Jean-Noël Kepferer l’a défini comme un nom qui a du pouvoir sur le marché. Cela fait référence à la notion de « capitale marque ».

Définition de James Victore

 « Your brand is the way your wear your hat »
La marque est un signe d’appartenance, mais aussi une façon de se différencier

Qu’est-ce que l’ADN d’une marque

Une marque peut-être définie par :

  • ce qu’elle est,
  • ce qu’elle fait
  • et pourquoi elle le fait

Comment construire une marque solide

Pour construire une marque solide et bien la positionner, il faut répondre à ces 3 questions :

Quelle est sa mission ?

Il faut être concis et clair dans la réponse. Les futurs utilisateurs ne doivent pas faire l’effort de comprendre, il ne faut pas que ce soit trop flou.

  • Imaginez que vous parlez à un élève de 6e
  • Mettez votre description au régime, ne soyez pas trop bavard
  • Réduisez à 3 mots maximum (choisir les mots les plus critiques, hiérarchiser)
  • Laissez de côté les mots flous, il faut approfondir au maximum ; PRECISEZ !

Quel est le bénéfice utilisateur ou consommateur ?

Attention, il faut exprimer le bénéfice d’un point de vue du consommateur et non de l’entreprise.
Comment votre produit va améliorer la vie de vos consommateurs. A quel(s) problème(s) est-il la solution ?

Quelle est sa personnalité ?

Si votre produit était un humain, comment le décririez-vous ?

  • Introduire sa marque comme une personne permet de créer des émotions chez votre audience. Cela va vous permettre de tendre vers une marque mémorable
  • Les entreprises qui ont réussi sont attachées à un mot spécifique dans l’esprit des consommateurs, cela peut évidemment prendre du temps ex Volvo : sécurité… Quel serait le vôtre ?

Que comprendrait tout de suite une personne sans contexte ni connaissance de votre entreprise !

Comment élever sa marque ?

La pyramide de marque – Gibson Biddle

Emotional benefits : Les avantages émotionnels sont liés à la manière dont je peux, en tant que client, prendre le contrôle de ma vie en toute confiance en utilisant le produit.

Votre marque doit être mémorable. L’émotion est la façon dont on se souviendra de vous.

Something bigger : Le «quelque chose de plus grand» indique ce que vous souhaitez offrir à vos clients, mais aussi au monde dans dix ans.

Pariez gros sur votre « something bigger. » N’hésitez pas à sortir de la réalité, à innover… Pensez à l’humanité !

L’exemple d’Apple
Product attributes – les attributs du produit
: Produits et services mobiles digitaux
Product benefits – les bénéfices du produit : Créativité, productivité, facilité d’usage
Emotional benefits – les bénéfices émotionnels : Liberté
Something bigger – le « quelque chose de plus grand » : Innovation révolutionnaire

L’exemple de Nike
Product attributes – les attributs du produit
: Vêtements de sport, durable, léger
Product benefits – les bénéfices du produit : Avoir le look, rester en forme…
Emotional benefits – les bénéfices émotionnels : Posséder le pouvoir physique et mental
Something bigger – le « quelque chose de plus grand » : Atteindre votre meilleur potentiel

Marque et identité visuelle

La signalétique de la marque est l’ensemble des signes qui permettent aux clients de reconnaître une marque. On appelle cet ensemble le SIVS : Système d’Identité Visuelle et Sonore.

Les composantes de la signalétique de marque

La signalétique de marque

Le nom

  • Le nom d’une marque peut être de différents types :
    • Patronymique : il reprend le nom du fondateur (Michelin, Renault, Louis Vuitton…)
    • Acronyme : ex la FNAC : Fédération nationale d’achat des cadres, la FDJ…
    • Générisme : le nom reprend l’appellation de sa catégorie de produit (Vente privée)
    • La marque promesse : kelkoo (quel coût), Slim Fast (maigrir vite)
    • La marque de fantaisie : Apple, Google…

Les principales qualités d’un nom

  • Le nom de la marque doit être
    • Court et facile à mémoriser
    • Ne pas avoir de connotations indésirables
    • Être international
    • Être disponible et protégeable juridiquement (cola n’est pas protégeable)
    • Last but not least : Il doit faciliter le positionnement

Le packaging et design

  • Le packaging est l’ensemble des éléments matériels qui sont vendus avec le produit. Ces éléments sont séparables du produit et permettent de le protéger, de faciliter son stockage, son transport. Ils participent également à sa présentation dans les rayons d’une boutique, à son identification et son utilisation par les clients.
  • Le design est la conception et la réalisation d’objets ou d’environnements afin d’en optimiser l’utilisation et la production, de les rendre plus esthétiques et de créer une expérience plus satisfaisante pour le client.
    Attention, le design n’intervient pas à la fin du processus. Ce n’est pas juste une intervention cosmétique, superficielle.
    Le design consiste à penser une offre à travers l’expérience client.
    Pensez à cela, le design ce n’est pas : « Put a lipstick on a pig » 🐷

Les fonctions du packaging

FONCTIONS TECHNIQUES DU PACKAGINGFONCTIONS DE COMMUNICATION
Protection et conservation du produitImpact visuel
Commodité d’utilisationReconnaissance – Identification
Transport – StockageExpression du positionnement
Rangement – EliminationInformation du consommateur
Protection de l’environnementImpulsion d’achat

Les emblèmes

On distingue plusieurs emblèmes de marque :

  • Le logotype : nom, symbole ou nom et symbole traités graphiquement. Il est unique, s’actualise, mais ne connait de grands changements que très rarement
  • Les symboles de marque : personnages, animaux, signes abstraits…
  • Le jingle : ritournelle publicitaire. Jingle de marque : association de quelques sons qui identifie une marque de façon durable
  • La signature de marque (ou phrase vocation) et le slogan
    • Slogan : devise publicitaire
    • Phrase vocation : expression qui accompagne les marques d’entreprise

Graphisme de marque

Les codes graphiques sont les éléments permanents de l’expression formelle d’une marque. Ils concernent :

  • la typographie
  • les couleurs
  • la mise en page
  • et la mise en scène

Les codes graphiques favorisent l’identification et l’attribution de la marque

Tous ces éléments se retrouvent dans un document de référence : LA CHARTE GRAPHIQUE

Voici l’exemple de la charte de Netflix : https://brand.netflix.com/, https://gretelny.com/netflix/

Processus de Création

L’identité visuelle réalisée doit être une représentation très explicite de ce qu’est l’entreprise. Elle doit être en accord avec le positionnement de l’entreprise.

Voici les différentes phases de création :

  • La pré-création
    • Travail « documentaire » : recueil d’information (entretien, recherche web…) sur l’histoire (si il y en a une), les activités de l’organisation, les besoins…
      • Cela permet de bien préciser la demande et de bien définir les attentes
    • Rédaction du cahier des charges. Ce document propose des solutions et permet de valider une direction artistique avant de se lancer dans le travail de conception. Il est sans cesse enrichi et regroupe
      • Les premières recherches (inspiration logo, visuels, couleurs… Moodboard)
      • Les idées (brainstorming…)
      • Les contraintes
  • La création
    • Propositions de croquis
    • Retouche graphique… pour aboutir au logotype
  • L’application
    • Déclinaison du concept sur les différents supports : création de l’identité visuelle
  • Livraison des fichiers et charte graphique
  • Etape supplémentaire : La recherche juridique pour les grandes marques
    • Est-ce que le logo est bien unique ?

Le logo

Qu’est-ce qu’un bon logo ?

Pour une efficacité optimale, un logo doit répondre à plusieurs critères. Il doit être :

  • Simple
  • Mémorable
  • Singulier
  • Clair
  • Universel
  • Intemporel
  • Déclinable : il doit pouvoir s’adapter à la variété de médias et de supports

Comment construire un bon logo ?

Un logo est composé de différents éléments qui, associés ensemble, permettent de le construire.

On distingue 5 caractéristiques :

Le type de logo

  • Le monogramme. Il est créé à partir des initiales du nom de la marque. Exemple : IBM, SCNF, RTL, FNAC…
  • Le ou les mots symboles. Exemple : Coca-Cola, Google, Visa… Il s’agit d’un travail sur le nom de la marque directement. Cela s’applique généralement au nom de marque court.
  • Le symbole ou pictogramme. C’est une représentation graphique de la marque. Il est souvent reconnaissable facilement. Ex. la pomme de la société Apple, l’emblème de Carrefour…
    Le pictogramme peut être réaliste ou abstrait.
  • La mascotte. On utilise un personnage pour représenter la marque. cela permet de personnaliser la marque et de capitaliser sur l’humain, la sympathie. Ex : Haribo, KFC…
  • La combinaison de différents éléments ou logo combiné. Dans ce cas, on mêle un pictogramme avec un monogramme ou un mot symbole. Ils peuvent être placés l’un à côté de l’autre ou l’un au-dessus le l’autre. L’avantage principale est d’obtenir une marque reconnaissable rapidement.
  • L’emblème ou écusson. C’est une référence directe à la tradition. Ce type de logo donne l’impression d’un badge ou d’un cachet. On peut citer : Harley Davidson, Starbuck…

Le style de logo

Un logo peut être exécuté de différentes façons. Il peut être :

  • Minimaliste ou moderne
  • Vintage ou rétro
  • Sous forme de tampon
  • Illustré
  • Classique
  • Original et décalé
  • Fait main

La forme du logo

La forme du logo va donner différentes indications sur la marque aux consommateurs.

  • Doux et rond :
    • Cercle, ovale : unité, alliance, perfection
    • Forme organique : naturel, harmonie, légèreté
    • Spirale : rassurant, empathie, délicatesse
      • Secteurs d’application : milieu artistique, nature, bien-être…
  • Angulaire :
    • Triangle : stabilité, équilibre, progrès, pouvoir (tourné vers le bas : féminité)
    • Carré, rectangle : intelligence, discipline, structuré, fiabilité
    • Hexagone : travail, rigueur, persévérance… géographique
      • Secteurs d’application : architecture, construction, assurance, finance… ou lié à la France
  • Linéaire :
    • Ligne verticale : rigidité, vivacité
    • Ligne horizontale : tranquillité, calme
    • Ligne brisée : rythme, rupture
    • Diagonale : dynamique, progrès, réussite (ou en fonction du sens : chute, déclin)
      • Secteurs d’application : assurance, technologie, informatique, sport
  • Culturelle :
    • Croix : religion, croyance
    • Cœur : santé, vie,
    • Ruban : santé, action
    • Etoile : vitalité, énergie, éternité, liberté
    • Ecusson, blason : sécurité, protection, autorité
      • Secteurs d’application : santé, associations d’intérêt général

La couleur des marques

Les couleurs ont des significations différentes qui permettent de mettre en exergue certaines caractéristiques de l’ADN de la marque. Voici quelques exemples :

  • Rouge : passion, amour, sensualité, violence, danger
  • Bleu : Confiance, fidélité, liberté, calme, sécurité
  • Jaune : gaieté, chaleur, optimisme, créativité, traitrise
  • Orange : énergie, action, bienveillance, loyauté, confiance, communication
  • Vert : chance, nature, équilibre, calme, espérance
  • Violet : rareté, délicatesse, paix, solitude, imaginaire, amitié
  • Doré : luxe, richesse, puissance, prestige, fécondité
  • Marron : masculinité, solidité, protection, assurance, douceur
  • Blanc : pureté, douceur, fraîcheur, propreté, innocence, équilibre, vide, absence, solitude
  • Noir : luxe, élégance, rigueur, mystère, sobriété, deuil, mort, tristesse
  • Gris : équilibren neutralité, solidité, modernisme

L’harmonie des couleurs

Le cercle chromatique est la représentation graphique de la décomposition des teintes du spectre lumineux en couleurs primaires, secondaires, tertiaires et complémentaires.

Les couleurs primaires en création graphique sont le Cyan, le Magenta et le Jaune. On y ajoute le Noir qui va permettre de faire varier les teintes. L’espace colorimétrique est alors le CMJN. En web on parle de RVB : Rouge, vert, Bleu.

Les différentes harmonies :

L’utilisation du cercle chromatique va permettre d’associer facilement différentes couleur entre elles.

  • L’harmonie directe ou complémentaire. C’est l’harmonie la plus simple. On associé la couleur choisie avec la couleur qui se trouve en face d’elle dans le cercle chromatique.
  • L’harmonie complémentaire partagée. Plutôt que de prendre l’opposé de la couleur choisie, on sélectionne les couleurs se trouvant de chaque côté de la couleur complémentaire.
  • L’harmonie triadique. Cette harmonie découle de la précédentesauf que les trois couleurs sont situées à égale distance sur le cercle chromatique et forment entre elles un triangle équilatéral.
  • L’harmonie tétradique. Semblable à l’harmonie triadique, l’harmonie tétradique possède quatre couleurs sur le cercle chromatique toutes à égale distance. Elles forment un carré.
  • Les couleurs analogues. Cette harmonie est idéale pour une conception tournant autour d’une seule teinte, et dont les couleurs utilisées ne s’éloignent pas trop de la couleur clé. Elles sont toutes placées les unes à côté des autres.
  • Les couleurs monochromatiques. Il s’agit d’utiliser une même couleur plus ou moins saturée.

Comment créer une belle harmonie de couleur ?

Pour créer une harmonie de teintes équilibrée, il suffit d’utiliser les couleurs dans de bonnes proportions ! 

Par exemple, si on utilise 3 couleurs, on peut retrouver la couleur dominante à environ 75 %, la couleur secondaire à 20 % et la troisième couleur à 5%. Cela peut évidemment varier.

Les outils pour aider à trouver de belles harmonies de couleurs

La typographie

La typographie joue également un rôle important dans la création de l’identité graphique d’une marque.

  • Une police de caractères inclinée (en italique) évoque le mouvement, la souplesse, le dynamisme.
  • Une typographie épaisse évoque la puissance, la force.
  • Une font fine évoque l’élégance.
  • L’utilisation des majuscules met en évidence le sérieux, la distance, le prestige.
  • L’utilisation de minuscules évoque au contraire l’affectif, la jeunesse.
  • Une police bâton (sans sérif) évoque la force, la précision. Elle convient très bien pour les univers techniques ou scientifiques.
  • Une police avec empattement (serif), à l’inverse, s’adapte bien au domaine artistique. Elle est symbole de raffinement, de tradition, douceur…
  • Les polices script et fantaisies transmettent un message élégant, amical. Elles sont souvent associées à la fémininité.

Pour une bonne utilisation des typographies, vous pouvez les combiner entre elles. Mais attention, il est primordial de limiter le nombre de familles de polices différentes utilisées. Penser également à vous adapter à votre cible ; les polices utilisées doivent faire écho à votre positionnement.

Pour vous aider à combiner les polices, vous pouvez vous rendre sur :

Derniers conseils :

  • Evitez de mélanger deux polices trop similaires
  • Utilisez deux polices, trois maximum si nécessaire (pour les titres, le corps de texte…)
  • Jouez sur les contrastes : bold, thin…
  • Jouez sur les tailles
  • Ne mélangez pas deux polices de styles trop différents
  • Arrêtez définitivement d’utiliser Comic Sans

Comment tracker les URLs pour améliorer les performances de suivi de vos liens ?

Comment tracker les URLs pour améliorer les performances de suivi de vos liens ?

Le tracking, grâce à l’utilisation de balises UTMs, permet d’améliorer la qualification de vos liens entrants et, par conséquent, du trafic sur votre site internet.

Pourquoi tracker les URLs, les liens pointants vers votre site internet ?

Vous partagez surement, au cours de la journée, plusieurs liens vers votre site internet. Par exemple :

  • dans un post Facebook,
  • une signature mail,
  • un article LinkedIn
  • la description de votre entreprise sur My Business,
  • mais aussi dans un chat,
  • un document PDF,
  • un SMS,
  • un lien sur le blog d’un confrère (netlinking)…

Ces liens sont certainement performants, mais lesquels vous amènent le plus de trafic ? Dans quel contexte l’internaute est-il le plus engagé ?

Difficile de le savoir ! Dans Google Analytics ce trafic se retrouve souvent dans une seule et même catégorie, un même canal : « trafic direct » – parfois dans le canal « trafic social ».

Pourtant si vous aviez les bons indicateurs, vous pourriez savoir ce qui a fonctionné et améliorer ainsi la pertinence de vos actions.

Exemple :
Un des canaux qui génère le plus de trafic sur votre site internet est le « social » et plus particulièrement « Facebook » car vous y êtes assez actif.

Tracking d'URLs dans Analytics
Source de trafic dans Analytics

Très bonne nouvelle. Cependant, il y a de grandes chances que, dans ce trafic « Facebook », un de vos liens soit plus performant que les autres. Cela signifie que la publication, dans laquelle il a été posté, suscite plus d’intérêt et d’engagement que les autres.

Si vous pouviez identifier ce post, vous pourriez analyser sa particularité (gif animé, vidéo, image, ton…) et dupliquer sa mise en forme pour connaitre à nouveau un fort taux d’engagement.

C’est cela l’intérêt du tracking : tracker le lien va vous permettre de retrouver le contexte dans le lequel il a été posté.

Il est donc plus que nécessaire, pour piloter au mieux vos actions, de tracker les URLs, de les tracer, pour une analyse plus fine de leur performance.


Comment tracker les URLs ?

  1. Récupérer le lien à tracker, « pister »,
  2. Ajouter des balises UTMs à la suite de celui-ci pour identifier la source, le support, la campagne…
    Le lien obtenu est de la forme :
    http://monsite.com/?utm_source=masource&utm_medium=monsupport&utm_campaign=macampagne
  3. Copier directement le lien obtenu dans votre publication, ou utiliser un raccourcisseur d’URL tel que bitly ou tiny.cc.

Je mets à disposition un outil dans Google Sheet pour construire les URLs de campagne . Vous pourrez ainsi conserver un historique de tous vos liens.
Ci-dessous, vous trouverez une vidéo explicative.

Vous pouvez également utiliser cet outil disponible en ligne.


Comment suivre les liens trackés dans Google Analytics ?

Pour retrouver les balises UTMs dans Google Analytics, rendez-vous dans le rapport Acquisition > Tout le trafic > Source/Support ou dans Acquisition > Campagnes > Toutes les campagnes.

Tracker URLs - les balises UTM dans Analytics
Balises UTMs dans Analytics

Sur la capture ci-dessus vous pouvez voir que des liens postés sur LinkedIn ont généré du trafic et plus particulièrement le lien posté dans l’article qui traite de tag_url. Il s’agit d’un lien que j’ai ajouté à cet article : Mais qui me rend visite ?

Etes-vous prêt.e à passer à l’action et suivre les performances de vos liens de campagnes comme un ROI ?

Pin It on Pinterest